10 résolutions pour être en harmonie avec la planète

Après une parenthèse silencieuse au cours de laquelle j’avais besoin de faire un petit break dans l’écriture et de mettre de côté le planning d’articles, me voici de retour. Je suis partie à la Réunion pour les fêtes et j’ai continué de me laisser bercer par les magnifiques images de cette île verdoyante bien après que mes bagages soient défaits. C’est donc en forme et requinquée que je reviens vers vous, mes chères lectrices et lecteurs, avec des bonnes résolutions afin que chacun d’entre-vous puisse vivre une année sereine, généreuse, tournée vers le bien-être et le bon sens.

Les résolutions que vous trouverez ci-dessous n’ont qu’un seul but : celui de prendre soin de vous, des personnes que vous aimez mais aussi des autres, ceux que l’on connait pas, qui vivent à des milliers de km de chez nous et dont la pénibilité de leur mode de vie est intrinsèquement liée au nôtre. Parce que nous sommes de plus en plus nombreux (plus de 7 milliards, à raison de 232 000 nouveaux habitants par an) à nous partager la Terre et ses ressources, il est évident que notre qualité de vie est vouée à décliner, modifiant ainsi, et ce inévitablement nos habitudes, notre confort.

Mais que diriez-vous de vivre une année centrée sur l’essentiel “less is more” où le respect de notre santé et celle de la planète serait les maîtres mots ? Un grand pas pourrait être franchi si l’on prenait conscience des conséquences de nos achats par exemple. Ce qui soulève obligatoirement d’autres questions : Pouvons-nous être heureux avec moins de choses ? Comment agir ? Est-il possible d’accorder plus d’importance à la vie ? Comment ne pas être découragé alors que le match semble perdu d’avance ?

amongtheanimals-resolutions

Voici 10 résolutions, sans classement ni ordre de priorité, pour répondre à ces questions et passer à l’action, alors en avant Sylvie !

1. Opter pour l’éco-orgasme

Ce nom coquin a été lancé par l’association Générations Cobayes qui aime particulièrement mettre le doigt où ça fait….mal ! Additifs alimentaires, ondes, ogm, pesticides, perturbateurs endocriniens, tant de vilains mots/maux présents dans les aliments que nous consommons, dans les produits que nous appliquons sur notre peau et sur lesquels il est grand temps d’ouvrir les yeux. Il a été prouvé que les perturbateurs endocriniens interférent avec le fonctionnement du système endocrinien, les hormones, et induisent des effets néfastes sur la fertilité.

L’éco-orgasme consiste tout bonnement à se faire du bien sans se faire du mal, c’est à dire en utilisant des produits biologiques, exempt de parabens, phtalates et j’en passe…Retrouvez les 7 commandes de l’éco-orgasme ici.

Hey, mais revenez, j’ai pas fini !

2. Penser “Zéro déchet”

“Zéro déchet”, c’est un idéal mais c’est aussi un mode de vie, un point de départ, un objectif, un enseignement, une idée du futur et même un état d’esprit ! Oui, car on le sait, l’écologie ne rime pas avec perfection, mais aspire à un monde plus sain, sans disparité de richesse. Le problème, c’est que nous consommons bien plus que ce dont nous avons besoin alors que nous pouvons nous contenter des choses déjà présentes ou si l’envie nous prenait, nous pourrions même les recréer ces choses, les transformer….Le second problème, c’est le recyclage qui génère de la pollution tout comme la production : un serpent qui se mord la queue. Que faire alors ? Penser durable, biodégradable, et exit les emballages. Commencer par faire le tri comme si vous deviez déménager et n’emporter que l’essentiel. Pour aller plus loin, je vous conseille ce livre.

3. Dire non à la clope

Si le fait d’arrêter de fumer est si difficile cela devrait déjà nous inquiéter ou nous en dissuader. Cela fait maintenant plus d’un an que j’ai arrêté de fumer et je ne peux que vous encourager à suivre cette voie qui porte un nom : liberté. Je vous assure que ce mot prend tout son sens et qu’il me remplit toujours d’émotion. J’ai opté pour la méthode de l’hypnose pour un arrêt radical et durable, je vous en parlais ici. C’est une méthode qui a fait ses preuves et dont il ne faut pas avoir peur. Si vous ne le faites pas pour vous, pensez à votre entourage : le tabagisme passif est responsable de la mort de 600 000 personnes par an. C’est la première cause de mortalité en France.

4. Faire le choix d’une mode éthique

Le drame qui s’est produit au Bangladesh en avril 2013, au Rana Plaza nous fait découvrir une réalité cachée sur l’univers du textile et les conditions de travail des ouvriers déplorables, cautionnées par les grandes marques, toujours en recherche d’une main d’oeuvre à moindre de coût. Je sais qu’il est difficile d’éviter le “made in China”, c’est pourquoi, je peux vous conseiller de profiter des ventes privées ou soldes pour vous procurer de belles pièces de marque éthique comme Ekyog, Tudo Bom, l’Herbe Rouge que vous pourrez porter pendant des années. Et petit à petit, l’oiseau refait son dressing ;-) Autrement, les vide-dressing sont une bonne solution pour se faire un peu d’argent et acheter moins cher.

5. Eviter le gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire est un sérieux problème qui touche notre société de consommation, et en tant que consommateurs nous avons notre part de responsabilité. C’est un geste anodin et mécanique qui est une des sources du problème. Il s’agit rechercher les produits à la dlc (date limite de consommation) la plus éloignée alors qu’on aurait le temps de les consommer; c’est ainsi que de nombreux produits finissent à la poubelle puisque personne ne les achèteront. Ce geste, nous avons vu nos parents le faire et nous l’avons répété sans se poser de questions. Si les produits à la dlc dépassée peuvent présenter un danger pour la santé, ce n’est pas le cas si la ddm (à consommer de préférence avant le…) est dépassée pour certains aliments à conservation longue comme les pâtes, les biscuits, les épices en poudre, le thé, les conserves, les boissons…

6. Donner son sang

On dit que “le plus beau des dons, c’est le don de soi”. Faire don de son sang, une ou plusieurs fois par an est l’exemple concret qui illustre cette phrase. Aucun traitement ni médicament de synthèse ne peuvent encore se substituer aux produits sanguins, c’est pourquoi, il est indispensable pour sauver des vies; les besoins sont constants. Les besoins sanguins peuvent être urgents dans le cadre d’une hémorragie lors d’un accouchement, d’une intervention chirurgicale, de maladies comme les leucémies qui affectent la moelle osseuse et nécessitent la transfusion de globules rouges. Pour en savoir plus, rendez-vous ici www.dondusang.net. Si l’on va plus loin dans cette démarche, on peut songer au don de ses organes. Sachez que si vous aimeriez qu’on respecte votre volonté, il ne suffit pas d’avoir une carte, d’une part parce que les médecins la trouve rarement lors du décès mais aussi parce qu’elle n’a pas de valeur légale. Seule solution : prendre 1 min pour en parler à vos proches.

7. Consommer bio

Au delà de l’argument de la santé, manger bio est un acte militant. Acheter bio, c’est soutenir des agriculteurs qui ont fait le choix d’une agriculture moins productiviste, de restaurer et préserver la terre. Manger bio peut coûter plus cher, surtout lorsqu’on vit en ville, mais je considère que c’est un investissement pour la santé. Mais manger bio, c’est aussi manger différemment en cuisinant plus (exit les produis préparés) et en respectant un produit qu’on ne gâchera pas. 

8. Mettre plus de végétal dans son assiette

Vous n’êtes pas sans ignorer que la production de viande n’est pas l’amie de la planète : déforestation, émission très élevée de gaz à effet de serre, consommation d’eau, pollution des nappes phréatiques, maltraitance animale…sont les méfaits de cette industrie. Aussi, les terres agricoles des pays riches ne suffisent pas à y produire la nourriture (céréales, soja) consommée par les animaux d’élevage. Saviez-vous que l’Europe utilise ainsi 7 fois sa superficie agricole en terres des pays du Sud pour nourrir son bétail ? Les conséquences sont désastreuses pour les habitants des pays pauvres, c’est pourquoi l’on peut se demander si ces quelques minutes de plaisirs quotidiennes en valent le coup ?

Il est évident que dans plusieurs décennies, on ne pourra plus tenir le rythme, celui de manger tous les jours de la viande, alors pourquoi ne pas commencer à faire une place au végétal, en apprenant à cuisiner différemment ? Un joli livre de recettes, un atelier de cuisine, un resto veggie, rien de tel pour se laisser convaincre !

9. Bannir les sacs plastiques

En attendant qu’ils disparaissent totalement de nos supermarchés, optons pour le bon geste, celui d’avoir toujours un ou des tote bag dans son sac à main ou dans son coffre de voiture. Dès que vous le pouvez, refusez les sacs plastiques et les emballages inutiles si un caissier vous en propose un, même gratuitement.

 10. Etre optimiste et croire au changement

Pierre Rabhi, cet homme pour qui j’ai une profonde admiration a dit

Le problème, c’est qu’il faut avoir une sacrée dose d’optimisme pour ne pas se laisser décourager dans notre contribution personnelle. Le découragement, la déception, le désespoir sont tant de sentiments négatifs qui peuvent nous empêcher d’avancer, bien qu’il soit tout à fait normal de les éprouver. C’est d’ailleurs ce que je ressens la plupart du temps. Je ne comprends pas comment on peut vivre sans se poser de questions, sans se soucier des autres et de la Vie, sans agir…Il m’arrive de pleurer parce que je me sens à bout de force, seule, incomprise et impuissante. Pourtant, l’optimisme et la protection de la planète sont indissociables. Il faut accepter le monde tel qu’il est, tel que nous l’avons créé et continuer d’accomplir notre part de colibri. Le changement viendra, nous ne saurons peut-être plus là pour le voir, mais ce seront nos petits-enfants qui en profiteront et nous auront agi en cohérence avec nous-mêmes.

Et vous, quelle bonne résolution pour la planète allez-vous accomplir ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

23 Commentaires

  1. Merci pour ces rappels :) Mon compagnon voudrait arrêter de fumer (et j’aimerais aussi beaucoup qu’il arrête!!!!!) mais il ne croit pas du tout à l’hypnose il est persuadé que ça ne marchera pas pour lui :/ En tous cas ton message m’a donné espoir parce que je l’aime vraiment et je n’aimerais pas le perdre à cause de cette connerie de tabac….

    • Si ton copain pense que l’hypnose ne marchera pas, c’est peut-être parce qu’il ne souhaite pas vraiment arrêter. Il y a un grand travail sur soi à faire avant de se faire soigner, surtout si la méthode est radicale. Il faut se préparer psychologiquement à redevenir non-fumeur et à visualiser sa nouvelle vie. C’est ce changement radical qui fait parfois peur aux fumeurs. On se demande comment on va bien pouvoir s’occuper les mains, ce qui pour un non-fumeur peut paraître bien ridicule. Je me souviens que ma thérapeute m’avait dit de me souvenir de la façon dont je gérais mes émotions lorsque je ne fumais pas…Les fumeurs ont tendance à oublier qu’un jour, ils étaient non fumeurs et qu’ils vivaient bien les épreuves du quotidien. Je comprends bien ta situation et je te souhaite de trouver les bons arguments qui heureusement sont nombreux.

    • Je voulais répondre à ton commentaire Flore, car j’ai arrêté de fumer il y a 3 ans maintenant, après avoir fumer pendant 10 ans un paquet par jour. L’hypnose est quelque chose de très particulier et si ton copain ne veut pas le faire, je pense qu’il ne faut surtout pas qu’il se force, ce n’est pas anodin comme technique. Personnellement, j’ai pu arrêter de fumer en lisant le livre “La méthode facile pour arrêter de fumer d’Allen Carr”. J’espère que ca l’aidera. Bon courage!

  2. J’ai entamé le less is more ya 4 ans désormais, et je continue encore et toujours plus! Chez moi, je fais des économies d’énergies, d’eau, de chauffage d’électricité, je fais les courses à la semaine pour ne pas avoir trop de stock qu’on oublie, du coup, on consomme mieux, moins et surtout on jette encore moins.
    Niveau alimentation, viandes et légumes sont bio et achetés localement. …
    Bref on s’améliore de jour en jour ! ll me reste à améliorer le dressing, cette année, nous nous sommes habillés en faisant les vide greniers, j’aime redonner vie aux vêtements. Bon, maintenant il faudrait obtenir des marques plus éthiques. J’use mes vêtements, je n’achète pas au coup de coeur mais seulement par besoin.
    J’ai ma famille qui habite la réunion, ça m’a aidé au début, car les économies réalisées par éthique ont permis de prendre des billets d’avion pour y retourner.
    Mais nous continuons encore et toujours plus loin, surtout dans le but de ne consommer que ce que nous avons besoin, et puis j’ai des enfants et j’aimerais pas leur apprendre la sur consommation. …

    • Whaou, ton engagement au quotidien fait plaisir à lire et je suis sûre que tes enfants vont emprunter le même chemin. Bravo en tout cas !

    • Je crois que le point 4 est le plus difficile, pour y remédier, il y a pas mal de lecture qui peuvent apporter réconfort et optimisme.

  3. J’ai acheté le livre de Pierre Rabhi (Vers la sobritété heureuse), ce livre m’a fait un bien fou !
    A bientôt,
    Samia

    • J’ai bien envie de le lire aussi, ce sera mon prochain. De Pierre Rabhi, je n’ai lu que ses entretiens recueillis par Olivier Le Naire.

  4. Superbe article!
    Pour ce qui est du végétal, j’ai beaucoup progressé, j’ai presque banni la chair animale de mon assiette mais parfois c’est dur, surtout que je suis la seule dans mon entourage à faire cela, je passe donc pour la “bizarre” de service.
    J’achète bio dès que je peux.
    Pour ce qui est du “zero dechet” je suis assez mauvaise élève parce que j’achète beaucoup d’emballages individuels pour aller bosser mais j’essaye de m’améliorer. Parfois je suis également perdue face au tri sélectif, je ne sais jamais dans quel poubelle mettre mon emballage (oui je sais c’est un peu bête..).
    Je fais mes courses à la semaine comme ça j’achète moins de choses et donc je jette moins.

    Bisou

    • Je comprends très bien la difficulté de faire accepter son végétarisme à son entourage mais en ce qui te concerne, tu y vas progressivement et c’est peut être plus facile pour tout le monde. As-tu essayé de préparer de bons petits plats vg à ta famille ? Faire découvrir aux autres qu’on peut bien manger autrement peut être un pas vers l’acceptation. En ce qui concerne le tri, je te conseille de télécharger une appli mobile pour savoir où jeter. Au bout de quelques jours, tu seras la reine du tri sélectif ! Bisous et porte toi bien !

        • Aie ! Alors oui, ce n’est pas la peine d’insister, du moment que chacun peut manger ce qui lui chante. Mais je comprends bien la difficulté d’en parler. Pourtant, en faveur du végétarisme, ce ne sont pas les arguments qui manquent.

  5. Ahah j’ai des copains des Générations Cobayes :) Végétarienne, à tendance végétalienne, je mange aussi local et de saison… Less is more également, et présidente d’association de développement durable. Je prépare mes mesnus à l’avance pour ne pas faire de gaspillage alimentaire (et puis il y a tellement de chose qu’on peut détourner en masque à cheveux etc si on n’est plus sûrs de la fraicheur !)
    Toujours un sachet en coton bio dans mon sac à main, et lorsque j’achète de nouvelles fringues elles sont uniquement éthiques. J’ai jamais fumé donc je triche un peu :p Par contre bio c’est quand j’ai les moyens…

    Lorsque je ne serai plus étudiante et que je pourrai avoir mon propre appartement je me tournerai vers le 0 déchet. Quant au sang… je l’ai donné aujourd’hui pour la première fois !

    Sympa cette liste, il faut toujours continuer à pousser ses efforts pour aspirer au meilleur :) Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde, comme l’a dit Ghandi <3

    • Tu as éveillée ma curiosité, quel est le nom de ton association ? Si tu achètes uniquement éthique, parviens-tu à ne pas faire trop flamber la carte bancaire ? De mon côté, j’achète une grande partie de seconde mains, et éthique dès que je peux, je fais passer souvent mes cadeaux d’anniversaire. Tout est perfectible, et il y a vraiment du boulot ! Merci pour ton passage par ici. A bientôt !

      • Mon association s’appelle Solid’Earth :) Et si par contre, les fois où je craque ça coûte un bras… Donc j’achète rarement des vêtements ! Seconde main c’est une excellente solution également. Tu achètes où de seconde main ?

        • J’irais jeter un coup d’oeil pour en savoir plus ;-) De mon côté, j’ai dû mal à me freiner sur l’achat de vêtements, c’est pour ça aussi que j’achète d’occasion, et c’est pas plus mal. Après, je vends, je donne, les vêtements méritent d’avoir plusieurs vies ! J’achète la plupart du temps sur des site de vide-dressing comme vinted, je guette des marques éthiques (mais en occasion) sur leboncoin, je déniche des bottes vintage sur ebay, je trouve des pièces originales sur Etsy. J’achète aussi dans des boutiques physiques de seconde main où on y trouve uniquement de marques “haut de gamme” donc souvent de bonne qualité, je trouve également mon bonheur chez Emmaus. Cela prend plus de temps, mais cela me procure beaucoup de joie car j’ai toujours eu un faible pour la chine ;-)

  6. Je découvre ton blog depuis ce matin, et c’est u pur bonheur à lire (d’ou mes nombreux commentaires, tu m’en excusera) ^^.
    Niveau résolutions cette année :
    -je me suis mise à faire du sport pour changer complètement mon mode de vie et mon stress.
    -je mange bio le plus possible
    -mon travail étant créatrice de vêtements, je les crées avec un maximum de respect pour la planète et pour le recyclage et donc JAMAIS AU GRAND JAMAIS de made in China chez moi
    -Je recycle au maximum et n’utilise plus de sac plastiques (et essaie même de motiver mon petit épicier à ne plus en proposer aux gens)
    -Je vais essayer de faire un compost à la maison
    -et puis, je ne fume pas, donc à ce niveau là, j’ai pas de problèmes de solutions (je prends aussi les transports quand je ne peux pas faire à pieds)

    Voilà voilà mes résolutions pour la terre depuis déjà quelques année :)

    • Hé hé, merci pour tes messages et je suis contente que tu trouves ton bonheur par ici ;-) Convaincre et faire adopter des comportements responsables à son entourage, c’est la 2ème grande étape. C’est super si tu parviens à faire changer ton épicier !

  7. Ca fait tellement plaisir de lire des articles comme ça qui sortent un peu des sentiers battus :) Tu m’as l’air en tout cas très engagée, c’est génial.
    Je ne suis pas encore aussi disciplinée que toi pour l’instant mais j’aspire petit à petit à le devenir !
    Bisous !

    • Merci, contente que ça te plaise et si mes idées t’aident à avancer, petit à petit, je suis ravie ;-)

Laisse un petit message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin de faciliter la réalisation de statistiques anonymes de visites, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

Fermer