Art

Monsieur, je vous défie!

Série photos © Copyright DENITSA  Cette série de photographies appelée “Monsieur, je vous défie” est le travail de l’artiste plasticienne, écrivain et photographe DENITSA. Entrer dans son univers fantasque suffit à nous déplacer dans une dimension quasi surréelle, entre luxe, glamour et absurdité. Aussi sont les mots d’André Breton dans Nadja qui collent si bien à la peau de Denitsa, “inspirée et inspirante”, dont les mises en scènes appartiennent à un monde fait de “montée et de “chute”. Denitsa, quant à elle, évoque un monde à facettes, successivement glamour, puis déformé et obscure, dans lequel son compagnon de route est un diamant qui lui fait la conversation.  Effectivement, nous nageons en pleine surréalité, c’est à dire selon le Manifeste du Surréalisme, “la résolution future de deux états, en apparence si contradictoires, que sont le rêve et la réalité, en une sorte de réalité absolue”.  “Monsieur, je vous défie! Monsieur, vous…

I love poppies and ponies

Depuis le temps qu’elle est diffusée (2009), je suis toujours captivée par la beauté aérienne de la publicité Flower de Kenzo.  Je veux dire par là, que je n’arrive pas à défaire mes yeux de l’écran, dès que la douce mélodie de Jill is lucky – The Wanderer commence, je suis immédiatement saisie par l’envolée rouge des coquelicots, les cheminées plongées dans la chaleur de l’été, la petite fille au violon , et les toits de Paris recouverts de coquelicots qu’on pourrait penser à une action de green bombing (le green bombing est en quelque sorte du jardinage “sauvage” et consiste à réintroduire des plantations dans un milieu urbain).  Je vous ai trouvé son making-of : La musique de Jil is Lucky, jeune groupe français, participe à la légèreté de l’instant. Aussi, le clip de cette chanson vaut la peine d’être vu. Elle me donne envie de faire une course…

Animals and cubes

  Everett, 2008  Naturally Competitive Patterns, 2010  Peafile, 2006  Au premier abord, les yeux se plissent et croiraient voir des images pixélisées, or, il s’agit de sculptures, résultat d’un minutieux assemblage de petits cubes peints par l’artiste américain Shawn Smith.  Ses sculptures, principalement animalière, sont le fruit d’une recherche entre la perception que nous avons des images diffusées à travers un écran et la réalité de l’image qui est constituée d’un ensemble de points lumineux.  “Mon travail examine l’étroite relation entre le monde numérique et la réalité. Je suis particulièrement intéressé par la manière dont nous percevons la nature à travers la technologie. Quand nous voyons les images de nature à la TV ou sur un écran d’ordinateur, nous pensons que nous voyons la nature, or nous voyons seulement les modèles de lumière pixélisés”, explique l’artiste.  Étonnante découverte!  1ère photo: Skulk , 2010

“The lotus eaters” d’Allyson Mellberg

J’aimerais vous présenter le travail d’Allyson Mellberg, une jeune artiste américaine, dont les dessins sont actuellement exposés pour la première fois en France, à la Galerie L.J. A la frontière d’une étrangeté bien réelle, les dessins d’Allyson Mellberg signent les effets néfastes et mauvais qui contaminent l’Homme et la Nature. Utilisation outrageuse de produits toxiques, déchets polluants, OGM sont notre quotidien et participent à l’extinction mais aussi à l’évolution des espèces capables de s’adapter. Cependant, ses personnages déformés par une lente mutation ne semblent ni horrifiés, ni perturbés, là où notre regard se demanderait pourquoi? Mais alors, pourquoi sont-ils si sereins? Nous pourrions y déceler un soupçon de cynisme ou bien les entrevoir comme des prêcheurs amusés par leurs anomalies, miroir de celles de Mère Nature. Allyson Mellberg, à travers ses dessins, peintures, sérigraphies et eaux-fortes, témoigne également de son engagement en tant qu’artiste éco-responsable en utilisant uniquement des matériaux…

“Recyclé/Sublimé”: exposition des Nivaux

Paolina, 2008 © Les Nivaux. Encre pigmentaire sur papier coton, 90x80cm  En couple dans la vie, Pascale et Thierry Nivaux sont deux photographes aventuriers qui, pour leur collecte d’objets, parcourent, à bord de leur camion aménagé, des terres étrangères notamment celles du continent africain. Leurs œuvres sont exposées en ce moment au Centre Iris et se divisent en 2 séries: “Sentiment végétal” et “Crushings” qui signifie “écrasement” en anglais. Leur travail consiste à scanner des résidus de notre société de consommation :conserves, pots de peinture, canettes, mais également par contraste ou par cohabitation des éléments naturels comme des végétaux.  Contrairement au procédé instantané de la photographie traditionnelle, le balayage du scan saisit l’empreinte de manière progressive et lente. A l’image du patient sur une table d’opération, l’objet est minutieusement détaillé, laissant ainsi une empreinte, plus ou moins précise, en fonction de son contact avec la plaque de verre.  Le résultat…

Menu

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin de faciliter la réalisation de statistiques anonymes de visites, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

Fermer