Veggie pour la vie

Cela fait maintenant 3 ans que je suis végétarienne et heureuse d’être en phase avec mes convictions d’enfant dans ma vie d’adulte. Il y a 4 ans, je participais, sur la suggestion d’une amie, au défi VG organisé par l’Association Végétarienne de France​.

Ce défi a changé ma vie pour toujours, je vous raconte.
Sur une période de 3 semaines, les participants s’engageaient à manger végétarien, tout en étant accompagnés d’un coach qui faisait office de soutien en cas de “craquage” (dans mon souvenir, personne ne s’était réveillée la nuit pour manger une tranche de jambon, ce n’était pas si difficile comme on pouvait l’appréhender) et de conseils pour organiser nos repas. Nous avions participé à des ateliers de cuisine, à des conférences, nous avions des recettes à notre disposition et une liste de produits de base à avoir dans notre placard.
Mon objectif de l’époque était seulement de réduire ma consommation de viande bien qu’avertie et dégoûtée par ce qui se passait dans les élevages. A vrai dire, je me complaisais dans une sorte de déni car je me sentais incapable de changer mon régime alimentaire, de dire adieu aux plats que j’aimais tant. J’évitais de penser à l’animal qui se trouvait dans mon assiette en éloignant ainsi tout sentiment de culpabilité et de gêne. Toutefois, ce défi tombait à point nommé car je souhaitais introduire plus de végétal dans mon assiette et surtout être accompagnée dans cette démarche.

Un défi plus que réussi
amongtheanimals-defi-veggie-1Ces 3 semaines m’ont permis de me défaire de certains aprioris sur le régime végétarien. J’ai découvert une cuisine variée loin d’être ennuyante, de nouvelles saveurs (condiments, céréales, épices…). Maintenant que j’y repense, cela me fait sourire : je pensais que manger végétarien, c’était prendre un plat carné en retirant la viande et ne manger que les accompagnements. C’est sûr que, vu comme ça, ce n’est pas très engageant.
A la fin du défi, il m’était impossible de mettre un bout de viande dans ma bouche, le goût, la texture me répugnaient. Cela m’a fait l’effet d’un sevrage auquel je ne m’y attendais pas et qui, au fond de moi, me réjouissait. Plus que des alternatives végétales attendues, c’était un coup de pouce en forme de victoire que je venais de recevoir. Après réflexions sur ce qui était en train de m’arriver, je peux vous dire que ce n’est pas ce break alimentaire qui m’a éloignée de la chair animale. Le déclic s’est produit en découvrant qu’une nouvelle alimentation était possible, tout bonnement.
Aujourd’hui, je tiens à le dire, je ne suis pas devenue végétarienne grâce à ma propre motivation ni à mon amour de géant pour les animaux mais c’est au Défi VG que je le dois et à toutes les personnes qui ont participé à ce projet, qui m’ont accompagnée et appris à cuisiner différemment. J’en profite pour les remercier chaleureusement d’avoir mis en place ce défi, sans oublier mon amie Ôna qui m’a mise sur le bon chemin.

Et vous, êtes-vous prêts pour relever le défi ?
Le défi VG est de retour sous un nouveau nom : le Défi veggie pour le climat. Le Défi veggie, publicité par les internautes, est le lauréat du concours My Positive impact à l’initiative de la Fondation Nicolas Hulot. Et pour cause, opter pour une alimentation végétarienne est une manière très efficace pour réduire son empreinte carbone (les émissions de gaz à effet de serre liés à cette alimentation sont réduits de 87%). Si l’expérience veggie vous tente, c’est le moment de vous inscrire pour relever le défi. Rendez-vous ici.

Qui a envie de se lancer dans l’aventure veggie ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Commentaires

  1. Incroyable! juste au moment où je voulais me faire un défi personnel.
    j’espère que je vais avoir des rencontres humaines plutôt que des astuces par ordinateur.
    Merci en tout cas !

    • Ahaha, ça tombe bien. C’était le cas il y a trois ans. N’hésite pas à questionner l’AVF à ce sujet. A bientôt !

  2. Merci pour ton article sans fanatisme mais très honnête sur les raisons qui t’ont fait devenir végétarienne. Quant à moi, je ne mange plus que de la volaille bio, mais je sens que je vais définitivement arrêter sous peu.

Laisse un petit message

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de traceurs (cookies) afin de faciliter la réalisation de statistiques anonymes de visites, de vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.

Fermer